Chaque bénéficiaire de bilan est unique !

Chaque bénéficiaire de bilan est unique, nous marque d’une façon ou d’une autre, nous permet à nous aussi d’évoluer. Aucun d’entre eux ne nous laisse indifférent et c’est cela qui fait la richesse de notre métier. Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de l’une d’entre elles en particulier, que j’appellerai D, comme Déterminée, car c’est une de ses qualités premières.

VOICI EN QUELQUES MOTS, LES ÉTAPES DE SON BILAN :

Comme pour chaque bénéficiaire, son bilan commence par un premier entretien. Il s’agit d’une première rencontre, D est sur la réserve, comme souvent, impatiente de commencer son bilan, mais aussi inquiète de ce qui l’attend. Elle a de nombreuses questions en tête, mais n’ose pas toutes les poser… Elle est souriante, mais je la sens tendue. Elle se dit prête à sauter le pas, mais je sais qu’une partie d’elle l’empêche de se livrer. Elle finit par confirmer sa demande, choisit la formule de bilan qui lui convient, et nous finalisons ensemble son inscription, sur son CPF car son dossier est totalement pris en charge. Ça y est, nous y sommes, elle ne peut plus reculer…

Comme pour tout bilan, je commence par l’histoire de vie de D, pour mieux la connaître, comprendre qui elle est. Je garderai pour moi ses confidences bien sûr, mais je me souviens m’être dit « Quelle femme, quel exemple de courage ! Mais aussi quelle énergie en elle ! ». Je découvre alors une personne qui affirme manquer de confiance en elle et pourtant qui sait persévérer quand elle veut quelque chose. J’apprends à quel point elle est consciencieuse dans son travail et ne supporte pas de « bâcler » les choses. Je découvre aussi une maman, qui a toujours fait de ses enfants SA priorité.

Viens ensuite le moment…

de rentrer dans le vif du sujet. Les entretiens s’enchaînent, ponctués de supports de réflexion, de tests, d’interrogations. Les idées s’emmêlent.

D complète le test d’IRMR dont les résultats nous laissent découvrir un profil Social/Médical. D occupait jusqu’alors une fonction en Comptabilité dans un secteur Logistique. Nous discutons longuement avec D de ses résultats. Ces résultats la surprennent-elle ? Qu’en pense-t-elle ? D confirme qu’elle a toujours affectionné ce secteur, mais qu’elle ne voyait pas aujourd’hui ce qu’il était possible de faire. Je la fais, entre autres, travailler sur un guide métier, le but étant de faire ressortir les métiers ou secteurs d’activités qui pourraient lui correspondre. Pas facile de faire le tri ! Parallèlement, je l’invite également à travailler sur ses ancrages, ses valeurs, ses motivations, via un questionnaire simple mais efficace. Avec lui, je suis sûr de bien cerner D.

La cerise sur le gâteau, c’est quand je demande à D de travailler sur ses compétences (oui, c’est aussi le but du bilan de COMPETENCES) et qu’elle me regarde, les yeux écarquillés qui expriment tout simplement son désarroi. « Mais quelles compétences vais-je pouvoir indiquer ? ».

FINALEMENT, ELLE REMPLIT MON SUPPORT, ET MANQUERAIT PRESQUE DE PLACE

Cette identification des compétences permet une 1ère prise de recul sur la carrière professionnelle, de prendre confiance dans son parcours, mais il permet aussi de prendre conscience des compétences transférables.

Comme beaucoup de Coachés en Bilans de Compétences, vient la phase où le Coaché a le sentiment d’être perdu. Ce sentiment est souvent le reflet d’une peur. La peur de franchir le Cap. Notre métier est donc de faire le nécessaire pour cadrer le projet. Le définir. Proposer des chemins. D n’échappe pas à cette phase, elle a le sentiment d’être perdue. Elle veut changer, quitter son entreprise, s’épanouir à nouveau dans un travail lui permettant de réaliser des activités variées.

Son objectif premier est de trouver un emploi proche de chez elle. Elle est lasse des transports et serait prête à tout pour diminuer ses temps de trajet. Plus les séances passent, plus D se rend compte qu’elle s’ennuie dans son travail. Le COVID aidant, elle est désormais en télétravail à 100%, apprécie de retrouver des moments en famille, et se dit que vraiment, il est temps pour elle de changer d’entreprise. Elle ne veut plus continuer ainsi !

S’enchainent alors diverses candidatures. D décide de postuler auprès des entreprises qui ont diffusé des offres d’emploi autour de chez elle. Sa motivation : quitter au plus vite son entreprise. Elle postule, veille, etc…

En parallèle,

je l’accompagne dans la construction de son projet, explore toutes les pistes, tous les secteurs, beaucoup de choses semblent l’intéresser mais elle n’arrive pas à faire le tri. Nous ne sommes pas encore à la moitié de l’accompagnement. Nous travaillons ensemble, toujours dans la bienveillance, pour lui permettre de se recentrer, de prendre du recul.  Le support de travail personnel est un excellent outil de prise de recul et d’auto-questionnement.

Puis vient CE moment, d’un coup, celui où D se rend compte que certes elle manque de confiance en elle, mais qu’elle a tout de même osé beaucoup de choses tout au long de sa vie, et qu’elle les a pour la plupart réussies. Ce moment où D prend conscience qu’outre son besoin de changer, elle a surtout besoin de trouver un poste qui correspond à ce qu’elle est, un poste qui ait du sens pour elle.

Nous en sommes en milieu de bilan, D sait au fond d’elle quel secteur est fait pour elle, je le sais, mais je veux qu’elle le comprenne. Je l’amène, peu à peu, à éliminer certaines pistes, à en creuser d’autres, à lever les freins pour pouvoir avancer. D se révèle, elle touche du bout du doigt son projet… Elle doit comprendre qu’elle est capable, qu’elle peut oser.

Et enfin, un jour, en début de séance, elle me décrit son projet, elle se permet enfin de croire qu’elle est capable. Elle souhaite se lancer, mais ne sait pas comment s’y prendre. Je la mets en contact avec un autre bénéficiaire de bilan, afin qu’elle confirme ou non son projet. Et oui, cette enquête métier ne fait que la conforter dans son choix.

D A LE PROJET DE DEVENIR AIDE-SOIGNANTE

Je l’accompagne pour fixer son planning de mise en œuvre, incluant la formation indispensable à sa réussite. Cette formation nécessite une réussite à son test d’entrée et lui demandera un travail de préparation et de révision intense.

Comme elle a opté pour un bilan incluant des séances de coaching, il est temps pour moi de laisser notre Coach prendre le relai. D travaille alors sa confiance en elle et sur la manière de concrétiser son projet. Ce travail de coaching lui permettra de mettre en place ses propres objectifs personnels et professionnels pour atteindre son résultat et « préparer » sa rentrée. Puis, appuyée de sa Coach CBP, elle se lance, se jette à l’eau, et obtient de son employeur sa rupture conventionnelle. Une page se tourne alors pour elle, après tant d’années au même poste…

OÙ EN EST D AUJOURD’HUI ?

Voici le sms qu’elle m’a envoyé :

« Bonjour Sandra, voici la nouvelle du jour : Liste des candidats admis en liste principale à l’entrée en formation », dans lequel son nom apparaît. Vous n’y êtes pas pour rien, je me suis beaucoup appuyée sur votre synthèse pour remplir mon dossier ! »

Elle a réussi son examen d’entrée en formation d’Aide-Soignante !

Voici le SMS reçu par notre Coach Cynthia :

« Voici ma bonne nouvelle. Je suis acceptée dans ma formation ! Je ne regrette pas d’avoir quitté mon employeur et la comptabilité. Merci infiniment pour tout ce que vous avez fait. Vous êtes formidable »

Dans cette attente, elle a décroché un poste en vacation, dans le secteur visé, celui qu’elle a toujours eu en tête, mais qu’elle ne s’est jamais autorisée à approcher. Donc, oui, D a réussi, grâce à notre accompagnement bien sûr, mais aussi grâce à sa Détermination !

Je vous souhaite une bonne continuation D, et toute la réussite que vous méritez.

Rédaction : Sandra FIEF, Consultante en Bilan de compétences
Support et relecture : Cynthia PEDROSA, Fondatrice CBP SOCIAL CONSULT
Mise en page : Nadège THENADEY, Community Manager

(Visited 26 times, 1 visits today)

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *